Pages

samedi 7 septembre 2013

Pierre Palmade : homo pas gay !

  
Pierre Palmade : homo, pas pas gay !
Pierre Palmade à Cannes (1994)
Dans la famille des "homos pas gay", nous vous présentons aujourd'hui Pierre Palmade !


    Nous ne pensons pas trahir sa pensée, puisqu'il a déclaré lui-même (dans un entretien avec Nikos Aliagas, ce matin, sur Europe1) : 
   — Mon homosexualité ressemble de moins en moins à ce que je peux voir autour de moi. Je ne l'aime pas en fait, mon homosexualité. Je suis vraiment triste. Avant, j'étais en colère. Maintenant, je suis triste d'être homo. [...]
    — Vous n'êtes pas "politiquement correct" !
     — Non, car je ne revendique rien. Je ne suis ni pro homo, ni anti homo. Je ne revendique rien pour la cause. Qu'ils se démerdent. (Rires). Moi, je fais en sorte d'être libre.
    (A écouter sur le site de Europe 1 (7 septembre 2013), à 3mn55. — Merci au Salon beige.)

   Voir aussi : 
   — Non, Cyrano n'était pas gay !
   — Quelques figures d'homos pas gays : Pierre Gripari (1925-1990), Max Jacob (1876-1944), Marcel Proust (1871-1922), Alexis Curvers (1906-1992), Jean-Pier Delaume-Myardetc.

9 commentaires:

  1. Bravo Mr PALMADE et merci pour ce témoignage.

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien la seule fois où j applaudirais Palmade.

    RépondreSupprimer
  3. Est-il possible d'être libre quand on est indiffèrent ?

    "...je ne revendique rien. Je ne suis ni pro homo, ni anti homo. Je ne revendique rien pour la cause. Qu'ils se démerdent. (Rires). Moi, je fais en sorte d'être libre."

    RépondreSupprimer
  4. @ Barney : rester indifférent à de fausses questions, oui, c'est affirmer sa liberté et refuser de se laisser réduire par des définitions biaisées...

    RépondreSupprimer
  5. Incroyable ! Il n'est pas "politiquement correct", c'est pas beau, c'est surprenant, ça sort de la norme acceptée.

    Aujourd'hui, il ne faut pas être soi-même, dire ou penser ce qu'on veut, être sincère ou une bonne personne, non, il faut être "politiquement correct", c'est-à-dire... hypocrite.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Je profite de ce billet pour vous féliciter pour votre blog.
    C'est toujours agréable de voir que des homosexuel(les) vivent leur sexualité sans avoir besoin de l'afficher en permanence, ou de chercher la confirmation perpétuelle d'autrui en lui mettant le couteau sous la gorge : "t'es gay-friendly ou homophobe ?". Cela fait pas mal de temps que je m'interroge sur ce que vous nommez l'"idéologie gay", je la vois se développer autour de moi avec une certaine inquiétude et j'ai trouvé ici de quoi nourrir mes réflexions. Merci.

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi j'ai envie de vous remercier pour votre blog. Catégoriser les gens, leur coller des étiquettes est un travers bien français qui d'après moi traduit (voyez-y de l'humour plus que de la parano) une vieille culture bureaucratique qui est passée dans l'inconscient collectif !

    Je ne suis ni homo ni gay... mais j'ai l'habitude, depuis l'adolescence, de porter des collants, des bas et des petites culottes sous mes vêtements masculins. Ce qui ne m'empêche pas d'être attiré exclusivement par les femmes. Querelle de genre ? Non. La nature m'a doté d'une féminité qui fait partie de moi et que je vis très bien, elle ne se décline pas que dans le port d'attributs vestimentaires féminins mais aussi dans le ressenti, la créativité, le rapport aux autres. Cela n'a jamais été facile, notamment avec certaines femmes, et m'a valu pas mal de harcèlements, de quolibets, de moqueries, et les amalgames que vous devinez, dans la mesure où je ne me cache pas de ce que je suis... au nom de quelle norme ?
    La "querelle de genre" est très à la mode, et j'y vois une autre forme d'étiquetage où la funeste "secte psychanalytique" joue son rôle habituel de police de la pensée, de garante de la norme. Je peux être homme ET femme, tu peux être femme ET homme indépendamment de ce que l'on a entre les cuisses, c'est bien plus profond, c'est peut-être génétique (j'ai naturellement des seins comme certaines femmes n'en ont pas) ou de l'ordre d'une mutation naturelle de l'espèce vers l'androgynie qui n'en serait qu'à ses tous débuts. Quoi qu'il en soit, je rejoins votre idée d'une différenciation entre l'état d'homo et l'appartenance à la nébuleuse gay, ou LGBT, en ce que la seule idée d'appartenance à un groupe me semble artificielle et porteuse d'idéologie pré-mâchée.
    Soyons qui nous sommes... et vivons-le au mieux.
    Je vous embrasse, ami.

    RépondreSupprimer
  8. je vous découvre en venant de chez mon ami Corto

    j'aime bien ce que vous écrivez, c'est courageux, vous aussi vous êtes une personne libre et c'est pas facile

    RépondreSupprimer
  9. Ca suffit de coller des étiquettes, merci pour vos messages et decryptages !

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !