Pages

samedi 7 septembre 2013

Ne pas confondre homosexualité et homosexualisme

Le militant gay Peter Tatchell : 
l'homosexualité au service de la révolution gauchiste
   Il ne faut pas confondre l'homosexualité (état de celui qui est attiré par des gens du même sexe que lui) avec l'idéologie gay

   On peut dire que, sur ce blog, nous l'avons dit, re-dit, et répété. C'est même notre idée-maîtresse, notre refrain et notre principe fondamental. 

   Aussi, nous sommes heureux de relayer une étude fondamentale qui va tout à fait dans le même sens : elle est signée Hilary White, et elle a été traduite en français par Jeanne Smits. Ce qu'elle nomme "homosexualisme", c'est tout simplement ce que nous nommons, quant à nous "mouvement gay", "idéologie gay" ou "lobby gay".

   En voici quelques extraits essentiels : 
   On m’a demandé récemment ce qu’est l’« homosexualisme ». C’est un terme que j’ai commencé à utiliser dans mes articles à propos de ces questions il y a quelques années, lorsqu’il est devenu évident que nous avions à faire non à un groupe de personnes, mais à une idéologie spécifique dont les tenants sont souvent des personnes qui ne sont pas homosexuelles. (...)

   Peter Tatchell est un homosexualiste britannique de premier plan : cela signifie qu’il est un promoteur une idéologie politique et sociale spécifique qu’il veut voir adoptée en Grande-Bretagne et ailleurs. Il est également un homme homosexuel : cela veut dire qu’il ressent une attraction sexuelle vis-à-vis d’autres hommes, une condition dont l’origine fait encore débat parmi les médecins, les psychiatres et les généticiens. Les deux choses ne sont pas identiques. C’est un fait qui tend à échapper à bien des gens qui lisent ou qui écrivent à propos des guerres culturelles, spécialement dans leur manifestation actuelle qui semble s’être focalisée totalement sur l’homosexualité. Tous les homosexuels ne sont pas des homosexualistes, et tous les homosexualistes ne sont pas des homosexuels.
   Le reste de l'étude (à lire ici) prouve méthodiquement que le mouvement gay (ou mouvement 'homosexualiste") est un mouvement révolutionnaire d'origine marxiste, qui vise ni plus ni moins à détruire la famille. Les homosexuels, là dedans, sont à la fois un prétexte et une masse de manoeuvre (j'hésite ici entre l'expression léniniste : des "idiots utiles", et la formule napoléonienne : "de la chair à canon"...). Bref, ils sont manipulés et instrumentalisés à des fins qui ne sont certainement pas leur propre bonheur.

   Notons, en conclusion, cette fine remarque qui explique comment et pourquoi l'idéologie gay (ou "homosexualiste") tend à se transformer en totalitarisme
     Le problème principal de la version homosexualiste du rêve marxiste est qu’il faut obtenir que tout le monde soit d’accord. Et je dis bien : tout le monde. Les théoriciens marxistes ont toujours su qu’une utopie ne fonctionne vraiment que si personne n’a le droit d’avancer une quelconque objection. Tout le monde doit être d’accord, aucune dissension ne peut être tolérée au risque de faire éclater la logique en bulle de savon de l’entreprise.
  Or cette unanimité sera difficile à obtenir, tant l'idéologie a du mal à être mise en pratique : 
   Pour ceux qui essaient de la mettre concrètement en pratique, cependant, il devient vite évident que les êtres humains ne sont tout simplement pas faits pour fonctionner de cette manière, et que le fait de baser la culture tout entière sur cette proposition, comme nous le faisons depuis les années 1960, entraînera un état maussade de chaos émotionnel et social, une misère, une solitude, une pauvreté et un égoïsme tels que le monde n’en avait jamais vus.
   L'idéologie gay s'écroulera donc, c'est certain (comme s'est écroulé l'URSS). Mais après avoir gâché combien de millions de vies ?

   Sur le même sujet : 





3 commentaires:

  1. Excellent article, merci !

    L'idéologie LGBT est un épiphénomène de la pensée de gauche basique qu'Orwell et d'autres ont décortiqué en leur temps. Elle tend à imposer une vision de l'homme tel qu'elle voudrait qu'il soit au lieu de se fonder sur ce qu'il est réellement.
    A chaque fois qu'on a tenté de concrétiser cette vision, ça a abouti à des catastrophes. Le surhomme de Nietzsche, l'homme nouveau des totalitarismes, l’ingénierie sociale, toute tentative de transformation de l'humain sont des leurres empoisonnés.
    Quand le réel n'est pas pris en compte, il se venge.

    RépondreSupprimer
  2. Merci d’avoir pris le temps pour expliquer ces deux termes.

    RépondreSupprimer
  3. Vous dites mieux ce que je dis à mes proches, avec bien plus de références méthodiques.
    Et j'ajouterais que je ne suis surtout pas homophobe, car je ne crains nullement mon semblable et qu'il m'est inutile d'être anti-homosexualiste si ce n'est contre l'idéologie - merci de le démontrer -, et non contre les personnes concernées, quelque définitions qu'elles puissent s'en attribuer à ce sujet. Cependant je n'aime pas qu'on vienne me convaincre que l'ouverture d'esprit passe par la soumission aux pièges langagiers, donc à fortiori un viol de l'esprit et du bon sens commun.
    Votre développement est très pointu, et je ne peux adhérer qu'à quelques fragments dû en partie à mon béotisme invétéré, mais surtout à ma grande paresse intellectuelle concernant les tenants et aboutissants politiques sur ce sujet critique que vous traitez impeccablement..
    J'ai malgré tout l'impression d'être un peu plus intelligent en sortant de votre site. Je ne suis militant en rien, mais j'apprend de vous.
    Merci pour vos travaux et analyses. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !