Pages

mardi 3 septembre 2013

Homo appelé par Dieu (témoignage)

Rembrandt, Le retour du fils prodigue (1669) 
(Voir l'Évangile de Luc, ch. 15, versets 11 à 32)
   Merci à Lionel, qui me permet de publier ici son témoignage. — Voici : 

   Je suis né dans une famille d'ouvrier, et j'ai vécu dans une cité hlm.
   Une petite enfance heureuse ; une adolescence très douloureuse  !
   A 15 ans, j'ai découvert et su que j'étais homosexuel ! Et rien ne m'y préparait, et aucun homo autour de moi - donc aucune influence. Une mère catho et un père athée ; très bonne morale à la maison ; par contre, une haine très forte contre mon père, à l'adolescence, qui grandissait ; trop différent, à l'opposé total ! Ma mère entre les deux faisait ce qu'elle pouvait.

   Mon père était un homme bien. Bon époux, bon travailleur ! Mais j'étais à l'opposé de lui : presque son contraire ! Il aimait le sport, je détestais le sport ! Il était macho, je détestais cette virilité ! Il aimait beaucoup les femmes, je détestais sa réputation à ce sujet ! Il était manuel, moi je n'aimais que la poésie et les livres ! Bref, nous étions deux inconnus l'un vis-à-vis de l'autre ! Des inconnus ! Et comme son éducation ne le poussait pas du tout à montrer ses sentiments, eh bien la haine s'installa peu à peu, et c'est des années plus tard, quand Jésus est venu dans mon cœur, que j'ai pu le comprendre et l'aimer tel qu'il était, avec son histoire propre. Mais à ce moment-là, à 16 ans, j'ai décidé de fuir la maison et de partir loin, très loin ! Je n'en pouvais plus et je venais de découvrir un an avant que j'étais homo.

   Quand j'ai compris que j'étais homo, j'ai cherché où se trouvaient les gay dans ma ville : un parc le soir et une boite de nuit ! J'y suis allé... En moi aucune trace de culpabilité ! Une grande envie de liberté et de connaître l'amour avec un grand A ! Ce que j'ai vu m'a déconcerté, mais m'a fait prendre certaines décisions pour la vie : je ne me marierai jamais ! Je ne voyais autour de moi que des hommes mariés qui vivaient une double vie, et cela je n'en voulais pas pour moi ! Jamais ! Je voulais vivre dans la vérité avec les autres et avec moi-même ! De plus, j'ai décidé aussi de le dire à tous mes amis (ou amies) et à toute ma famille ! Je ne passerais pas ma vie dans le mensonge ! Ces décisions je ne les ai jamais regrettées.

   J'ai vécu donc comme serveur de boite de nuit gay, avec sexe, alcool et autres, et me trouvais très heureux ! Je voyais bien que dans ce milieu ne comptaient que la jeunesse et le sexe à tout va et les uns après les autres, sans sentiments aucun. On est seul, mais je ne voulais pas trop penser ! Juste profiter d'un peu de bonheur !

   Un jour, par hasard (j'ai appris à reconnaître la présence de la providence), je rencontre un groupe d'hommes bizarres dans mon quartier : ils vivaient ensemble, avaient leur porte grande ouverte; leur table accueillante à tous : et on pouvait parler de tout avec eux ! C'était des franciscains prêtres ouvriers. Ce qui me touchait chez eux c'est leur amour gratuit ! je n'avait jamais vu cela depuis bien long temps ! De l'amour vrai et gratuit ! Je les adoptais ! Eux aussi et tel que j'étais à l'époque, et c'était gratiné !

   Un jour, ces franciscains m'invitent à manger avec eux, dans un foyer de jeunes travailleurs et me disent :  D'abord on va faire la messe dans la paroisse ! Moi je leur dis : Je viens avec vous ! Allez savoir pourquoi! A la sortie de cette messe, je vois une affiche "Rassemblement le week-end prochain de tout les groupes de prière du renouveau" - C'est quoi ça ? Ils m'expliquent une histoire d'esprit saint, à laquelle je n'ai rien compris ! Va voir, me disent-ils. Alors, un soir, je vais à ce groupe de prière de paroisse, avec tout ce que j'étais avant d'embaucher ! Short ultra moulant, tee-shirt mini... et maquillage des yeux ! Bref, la provoc ! Le prêtre et ces gens m'accueillent à bras ouvert ; me partagent leur chant ; me parlent comme à un frère ! Je n'en reviens pas !

   Je suis bouleversé par tant de bonté et de gentillesse de ce prêtre et de ces paroissiens! Il m'invite à venir à ce fameux week-end. Pourquoi pas ? Je me retrouve au milieu de 800 personnes qui prient tout le temps ! Et des enseignements qui me passent au-dessus de la tête ! Mais j'aime les moments des repas : pour eux je fait partie de leur famille ! Je suis leur frère ! Soit ils sont fous, soit c'est vrai ? A la fin du week-end, il y a une messe avec l'évêque. Je m'installe au fond et je regarde et j'écoute... Au moment du Notre Père, tout le monde se lève et se prend la main ; moi aussi ! Et là, un déluge de larmes, et je vois (dans mon cœur) Jésus sur la croix qui me dit : Je suis mort pour toi et je t'aime. Et moi qui réponds : Jésus, mon Sauveur et mon Dieu. Et me voilà louant le Seigneur avec les autres !

    Sortant de ce week-end, le cœur rempli de Jésus vivant et le cœur rempli d'amour pour tous, je vais voir mes amis franciscains et leur dis ma joie de connaitre l'amour du Christ. Ils me donnent une Bible et me dise de la lire. Je commence à lire la parole de Dieu, mais mon cœur est entêté ! Il y a des choses bien, mais d'autres qui ne me plaisent pas du tout, du tout ! Alors, la Bible va de mes mains au fond d'un tiroir sans cesse ! Très en colère, je vais voir mes amis prêtres et leur dis : Votre livre c'est impossible à vivre ! Alors, ils ont une trouvaille incroyable : ils me passent le livre de sainte Thérèse de Lisieux : "Histoire d'une âme". — Lis-le et ton combat va devenir paix. Alors se passe une grâce infinie : je lis ce livre d'un trait et pleure sans cesse ; ce livre me fait comprendre tout le message de l'Evangile, qu'il n'était qu'un message d'amour pour le bonheur de l'homme, et là, j'accepte pleinement ma conversion à Jésus ! Et la petite Thérèse devient ma première sœur du ciel.

Thérèse de Lisieux (1873-1897)
la sœur universelle qui fait
 découvrir la paternité de Dieu.
   Que faire ? Je prends une décision très radicale ! Je laisse mon travail dans cette boite gay ; je laisse la ville dans laquelle je vis ; je dis au revoir à tous après leur avoir dit pourquoi et pour Qui je le faisais, et pars pour une ville du sud de la France, rejoindre une tante et un oncle que je n'ai vus qu'une fois et vivre chez eux ! N'emportant qu'une valise et un peu d'argent ! Je découvre la famille de mon père, qui me reçoit à bras ouverts, et je cherche un travail ; je deviens plongeur dans un restaurant et peu après prends un studio. J'avais 20 ans.

    Allez savoir pourquoi, je vais voir un peu partout : protestants baptistes, évangéliques, pentecôtistes, ...  Je ne m'y retrouve pas du tout : ce n'est pas le Jésus que j'aime ! Et leur vision des homos me fait peur et me révolte ! Mais ils ont mis beaucoup de choses dans ma pauvre tête, et je ne sais plus ce que je dois croire. Faut-il que je soit têtu et buté, aussi, pour pas être allé de suite chez les catholiques ! Un jour, n'en pouvant plus, je décide de jeûner et de prier tout un week-end pour que Jésus réponde à mes deux questions essentielles pour moi : Jésus quelle est ton Eglise ? Et quelle est la place de Marie ?
J'ai dit à Dieu : Je ne sortirai de ma chambre qu'avec mes réponses ! Donc j'ai prié  l'Esprit-Saint tout le week-end ! Et la réponse est venue comme un éblouissement ; une lumière extraordinaire ; le dimanche, toutes les paroles qui avaient trait à la Vierge Marie quand j'avais lu la Bible me sont venues en un éclair, et elles étaient parfaitement claires. Je pris donc ce jour-là Marie comme ma mère, et la cloche de l'église à côté s'est mise à sonner.


   Je me levai et allais à l'église. En entrant, c'était le chant Seigneur prends pitié de nous, et à la fin le prêtre fit une annonce, une quête pour une petite vieille qui venait de se faire voler sa retraite quelques jours avant ; je fut terrassé ! à genoux ! J'avais trouvé ma famille, mon chez-moi, ma maison, l'église de mon cœur ! Des hommes qui se disaient pécheurs et qui aimaient vraiment, bref, l'expérience que j'avais dans mon cœur, faite de Jésus Sauveur et amour.

   Alors, plus de doute aucun : ma vie était au Christ dans son Eglise! Il faut dire que je vivais un peu avec les anges ! Plus aucune tentation, et que de l'amour dans mon cœur ! Je commençais donc par aller à la messe presque tous les jours quand mon travail le permettait ; je me fis un groupe d'amis et amies de mon âge, et très vite nous priions tous ensemble, une fois par semaine ; et je m'en vais avec la Bible sous le bras évangéliser prostitués, travestis et autres ! Beaucoup de belles choses vécues dans ce feu de l'Esprit Saint. Surtout, peu à peu, j'entraîne tous mes amis chrétiens à faire la même chose, et nous sauvons du trottoir un certain nombre de jeunes garçons en faisant trois choses : évangélisation, aide en les accueillant chez l'un d'entre nous à tour de rôle ; et en les renvoyant chez leur parents après contact, car tous étaient mineurs ou pas loin et avaient fugué de chez eux, croyant que le miroir du sud avec son soleil et sa mer étaient un paradis ! Alors que très vite pour eux cela devenait un enfer, et eux une proie ; j'ai vu là beaucoup de miracles et de conversions et une grande fraternité et beaucoup d'amour fraternel ! C'est à ce moment-là que Jésus me fit rencontrer mon premier père spirituel ; un moine qui va me faire cheminer dans la foi à grands pas.

   Un homme de miséricorde et de compassion et qui connaît bien notre humanité ! J'ai eu une chance incroyable, inouïe ! Ce qu'il faut savoir aussi, quand vous vivez une conversion si radicale, c'est que c'est une expérience si forte de Jésus sauveur et vivant, que pendant quelques mois, vous êtes au Ciel et vivez dans une grande grâce très sensible, donc sans aucune tentation ! Puis vous revenez à la foi pure de tout un chacun, et là, le "Diviseur" vous attaque cruellement. C'est là que j'ai compris l'importance essentielle dans la foi d'avoir un père spirituel pour vous aider à avancer, à grandir, à cheminer jour après jour avec Jésus. Ce père spirituel me mettait face à Dieu et libre. Ses conseils furent excellents : mettre la prière personnelle chaque jour avec Jésus, d'abord 10 mn, puis 20 mn, puis30 mn, puis 1 heure au bout de 3 ans ; la messe autant que je pouvais, et la confession à chaque fois que je tombais dans le péché ! C'est tout ; pas de morale ; de prêchi-prêcha ; non ! Juste l'adoration, la messe et la confession, et qu'on se voie une fois par mois ! Et cela a transformé ma vie en quelques années ; vraiment transformé en vérité ! Il m'a dit une parole : Ne triche jamais avec Dieu, qu'importe ta misère, mais ne triche jamais ! Ce qui faisait qu'au début, il m'a fallu aller me confesser tous les jours, et heureusement la ville était grande et avait plusieurs paroisses ! Sinon, bonjour la honte pour moi ! Oui, la foi non sensible était aussi à vivre pour moi avec son lot de tentations, mais tout tendu vers Jésus et prêt à le suivre jusqu'au bout de ma vie !

B. E. Murillo (1617-1682), Le retour du fils prodigue (cf. Lc 15)
  Je précise que je ne vais pas raconter ma vie dans tous ses détails, mais uniquement mon expérience de l'homosexualité et ce que Jésus sauveur a transformé dans ma vie ! Avec ce moine comme père spirituel, ma vie a pris un sacré tournant... Mais il faut des années pour convertir son homosexualité à Dieu. Alors, pendant ces nombreuses années, j'ai appris les bases du christianisme en restant très pauvre humainement, mais j'ai appris à être patient et humble et à faire confiance à Jésus en mettant ces sept points à vivre tous les jours : la prière personnelle, la messe, la confession, la parole de Dieu, la Vierge Marie, un père spirituel, l'amour fraternel, et ceci a été source de grande guérison pour moi, de paix profonde. La plus grande guérison devant le Saint-Sacrement fut tout à coup quand j'ai vu dans mon cœur l'amour de papa et de maman : l'un très haut et l'autre très bas, et Jésus couper cela et tout d'un coup papa et maman revenir à la même dimension d'amour pour moi. Ce jour-là, je pardonnai à mon père dans mon cœur. Je le comprenais, je l'aimais de nouveau.  Je partis le jour même voir mes parents, et me jeter dans leurs bras. On se demanda pardon, et tout fut pardonné : un miracle, un vrai miracle !

   Après cette merveilleuse réconciliation avec papa et maman, je décidai de vivre les désirs profonds de mon cœur tout en suivant bien sûr Jésus comme un pauvre, en observant les 7 points de mon confesseur. Je fis donc du théâtre dans une troupe (la providence encore), et un jour m'établis à Paris pour d'abord travailler pour une association et ensuite, en reprenant mes études, devenir éducateur auprès des personnes handicapées. Ce fut une suite de signes de la providences de Dieu sans arrêt. Jésus est bien vivant et ressuscité, je peux en témoigner par toute ma vie ! De grandes guérisons intérieures se sont passées pendant l'adoration, la louange ou la confession. Je peux dire qu'il a changé mon être intérieur à fond. Cela ne veut pas dire qu'il a fait de moi un "hétéro", Jésus ne change pas une pomme en poire, mais il guérit pour vous donner la force de vivre selon son évangile, et cela avec joie et bonheur. En moi, il a mis la joie de vivre, de vivre libre et debout, la force de le suivre jusqu'au bout de son appel d'amour. Mais il a pris tout son temps. Et en plus, je suis très têtu, alors parfois il lui a fallu beaucoup de patience et de douceur.

   Ce qui a été le plus fabuleux comme guérison, c'est qu'il a guéri en moi l'autodestruction qui me détruisait à petit feu, et mis sa vie, sa vie en plénitude.
  

   Je me retrouvai seul en province. Après un peu de galère et un peu de temps pour panser mes blessures avec le Seigneur, je trouve un travail et un logement et m'investis dans ma nouvelle paroisse. Je suis seul et cela ne me pèse pas car je me fait beaucoup d'amis (et amies) dans ma vie chrétienne. Je vivais de plus en plus les 7 points de mon confesseur : prière, messe, confession, consécration à la Vierge Marie, parole de Dieu, amour fraternel et père spirituel ! Je trouve un père spirituel aussi formidable que le premier ; et surtout je me forme aux écrits de st Thomas d'Aquin (docteur de l'Église), à la vie des saints et aux paroles des papes pour savoir comment mener ma vie le plus juste possible par rapport à l'évangile et suivre Jésus. J'ai été très frappé par la notion d'amour d'amitié selon saint Thomas d'Aquin et les écrits à ce sujet de Maritain ; je pris la décision inouïe vu ma pauvreté de demander à Jésus la force de son Esprit Saint pour vivre maintenant dans la chasteté ! Et, bizarrement, ce ne fut pas si difficile que cela et quand je rencontrai mon ami actuel, il était très clair pour moi qu'il ne pouvait y avoir vie commune que dans la continence totale et la chasteté, bref comme deux frères ! Et je le dis avec force : cela est possible avec la grâce de Dieu. Cela fait 10 ans que nous vivons ensemble totalement continents et chastes, et lui de son côté fit le catéchuménat et retrouva une vie de foi vivante ! Je le répète, je suis très heureux et épanoui, et lui aussi, mais cela n'est possible qu'avec Dieu et sa grâce, et en prenant les moyens d'être vrai avec soit même et les autres (voir les 7 points). Aujourd'hui il me semble avoir trouvé d'être cet homme homosexuel tout donné à Jésus et marchant selon son évangile radicalement. 

(Témoignage de Lionel Léon.)

D'autres exemples d'homos appelés par Dieu : 
                                                        — Henri Ghéon (1875-1944)
                                                        — Max Jacob (1876-1944)
                                                        — Julien Green (1900-1998)

Un contre-exemple : André Gide (qui est aussi tenté par la conversion, mais refuse Dieu en 1917).

14 commentaires:

  1. je suis époustouflée par ce témoignage et me sens bien petite face à tant de grandeur d'âme. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce beau témoignage. Magnifique conversion ! Oui, quand le Seigneur nous appelle à le suivre, il nous en donne les moyens ! Sa grâce nous précède toujours : "Rien n'est impossible à Dieu."
    De plus, il ne se lasse pas de nous pardonner pourvu qu'on revienne à lui.
    Gloire et louange à notre Dieu ! Sois béni Lionel !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce témoignage fort et sincère. Merci de nous donner des raisons d'espérer réussir à changer un jour notre coeur (car vivre votre foi comme vous le faites est merveileux, mais difficile à atteindre, même sans la difficulté supplémentaire de l'homosexualité).

    RépondreSupprimer
  4. Témoignage édifiant s'il en est, que je me suis permis de reproduire sur mon blog.

    Que Dieu soit béni pour toutes ses merveilles !

    RépondreSupprimer
  5. Témoignage hélas très pro-catholique qui se permet de dénigrer les autres églises au lieu de rassembler ...
    Des témoignages exprimant la déception de si peu d'amour dans une église catholique mais l'amour que vous décrivez dans des églises protestantes ça existe aussi, même si je sais que l'on peut trouver et amour chez les catholiques et être déçus par des églises protestantes.
    Pour ma part je suis chrétien mais ni catholique, ni protestant.

    RépondreSupprimer
  6. C'est vraiment très beau et on a envie de lire et relire ! Merci beaucoup

    PS : pour anonyme du 8 septembre, tout ce qu'il a trouvé de foi, d'Amour, c'est dans l'Eglise catholique et nulle part ailleurs, je ne sache pas qu'il existe des pères spirituels ou bien de sacrement de réconciliation dans les "églises" protestantes, même si elles ont leurs qualités propres, de plus les protestants refusent La Mère de Dieu, qui seule nous donne Jésus le Christ, et par là même semblent refuser le Christ, comme les aubergistes de l'Evangile qui ont refusé de la recevoir quand elle allait pour Lui donner naissance : quelle tristesse !

    RépondreSupprimer
  7. @ Anisvert: Vous dîtes que seule Marie donne Jésus, c'est simplement totalement faux. On est pas obligé de passer par Marie pour trouver Jésus, chaque cheminement est différent d'une personne à l'autre. Les protestants ne rejettent pas Marie contrairement à ce que vous dîtes, mais il ne la vénèrent pas, tout simplement. Et ils ne refusent pas le Christ contrairement à ce que vous dîtes. Ne serais-tu pas toi aussi une pro-catholique qui n'en rate pas une pour dénigrer les autres ? Ce serait bien triste ... Vous divisez au lieu de rassembler. Dire qu'il n'y a pas de pères spirituels chez les protestants c'est fortement abusé, même si certes les choses ne se passent pas comme chez les catholiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. anoyme je voulez te dir que çi la ste vierge marie serais pas la ou çi je l'aurais pas priez je serais pas convertire a jesus c'est par marie qu'on vas ver jesus est je peu le temoigner je suis pas contre le protestants mais je suis catholique est je ne chagerais pas pour une autre religion je suis fiere d'allée a la confesion et a la messe que Dieu te benisse avec un grand coeur mon frere

      Supprimer
  8. Vous connaissez Michael Glatze ?
    http://www.dieutv.com/website/news/article/350/une-ancienne-icnine-gay-se-convertit-no-christ-et-n-pouse-une-femme

    RépondreSupprimer
  9. tres beau temoignage de lionel merci seigneur pour t'est oeuvre qui sons grande amen alleluia benie soint tu seigneur pour ton amour

    RépondreSupprimer
  10. Témoignage touchant et sympathique.

    J'exprime deux bémols, liés:
    - je ne trouve pas juste de dire "je suis homosexuel"; il ne s'agit pas d'une identité, mais d'une tendance. Ce que je peux dire, c'est "je suis un homme" ou "je suis une femme".
    - donc pas juste non plus d'écrire "Jésus ne change pas une pomme en poire". Jésus ne va pas changer un homme en femme, ou inversement. En revanche, il peut guérir une tendance, et la personne guérie retrouvera une orientation sexuelle conforme à son identité sexuée.

    :)

    RépondreSupprimer
  11. Je suis si heureuse de lire ce témoignage aujourd'hui...
    Dieu a répondu a mon appel;
    Je suis très croyante (catholique) et homo et c'est si dure de concilier les deux. Merci Lionel pour ce magnifique témoignage qui m'aide enfin à avancer et à renforcer mon amour pour Dieu.

    RépondreSupprimer
  12. Avec un peu de recul, je note que Lionel a réussi bien de combat grâce à une vie de prière fervente; il a même eu à jeûner. Seulement Dans son témoignage, il s'identifie à un homosexuel; selon lui, il est homosexuel, donc rien à faire, c'est comme ça. Lionel, la bonne nouvelle pour toi est que tu n'es pas homosexuelle, mais tu as une attirance homosexuelle, et Dieu veut te guérir de cette attirance. Tu t'abstiens, c'est très bien, mais tu brûles d'attirance de cette chose que Dieu rejette. Cher ami il n'est pas de la dignité d'un enfant de Dieu de se contenter d'une amitié homosexuelle même dans l'abstinence. Tu as réussi à pardonner, tu peux aussi vaincre cette attirance par le jeûne et la prière persévérante. Si Jésus a guéri un aveugle né qui est même un état et non un mal contre nature, combien plus il te guérira de l'attirance homosexuelle qui n'est pas un état, mais juste un avoir qui est pourtant contre nature. Veux-tu EN VÉRITÉ que Dieu te guérisse de l'attirance homosexuelle? Voici l'affirmation forte de la Philosophe et sexologue, Thérèse Hargot par rapport à son essai: "il faut remplacer le verbe être par le verbe avoir pour ne pas figer l’individu et surtout l’ado dans une identité définitive...Etre homosexuel, ça n’existe pas. C’est une pure construction idéologique...avoir une attirance homosexuelle ne fait pas d’un individu un homosexuel...L’obsession de l’identité sexuelle est si forte que j’ai même rencontré une ado qui pensait qu’elle était zoophile parce qu’elle avait un élan d’affection pour son chien." Voici le lien http://www.letemps.ch/societe/2016/04/05/illusoire-liberte-sexuelle-adolescents

    RépondreSupprimer
  13. Merci Lionel pour ton grand témoignage
    Aussi grand que votre foi!
    Merci Seigneur de nous donner une si grande grâce qui est ce temoignage: Dieu nous donne la foi et nous la témoignons. Encore mille merci Lionel!⛪��⛪

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !