Pages

mercredi 24 juillet 2013

L'homosexualité est-elle une prison ?


Le lobby gay lui-même semble considérer l'homosexualité
comme une prison : interdiction d'en sortir !
   Si je voulais être sûr de provoquer une bonne polémique, avec engueulade et baston, je poserais la question provocatrice :
   Peut-on guérir de l'homosexualité ?

   Comme mon but n'est pas de battre le record de commentaires, mais plutôt de raisonner sereinement (ce qui n'est déjà pas facile, sur la question homosexuelle…), je me contenterai de demander : 
   Peut-on sortir de l'homosexualité ? 

   Et avant toute réponse, je me contente aujourd'hui de noter – sans trop de surprise – la façon dont le lobby gay tient à tout prix à ce que l'homosexualité soit une prison. Interdiction d'en sortir !

   Une des caractéristiques d'une prison, c'est qu'on poursuit ceux qui s'en échappent. Or c'est bien le cas : les militants gay poursuivent de leur haine les hommes et les femmes qui osent dire publiquement qu'ils ont réussi à quitter l'homosexualité.

   Les organisateurs de l'ex-gay-pride (= fierté des ex-gay) qui devait se tenir le 31 juillet 2013 aux États-Unis en savent quelque chose : la manifestation a dû être annulée, suite aux menaces proférées contre les intervenants. 

  L'intolérance du mouvement gay envers ses transfuges a pris de telles proportions que le fondateur de l'association  « Les homosexuels anonymes », Douglas McIntyre (ex-gay, aujourd'hui père et grand-père) a décidé de se rendre à Washington, D.C., pour demander au Congrès la protection des ex-gays contre les crimes de haine. 

    Il dénonce « les menaces et le harcèlement menés à l’encontre des anciens homosexuels » et « l’homofascisme », c’est-à-dire « les intimidations des homosexuels qui pensent que seul leur point de vue sur l’homosexualité peut être toléré ». « Bien qu’ils prêchent la tolérance pour les gays, ils pratiquent couramment la discrimination envers les ex-homosexuels comme moi qui ont pris un chemin différent »

   [Voir l'article sur Nouvelles de France : Un ex-homo dénonce l'homofascisme.]

   Maintenant, soyons très clair : je ne me considère pas moi-même comme un ex-gay ou un ex-homo. D'abord, je n'ai jamais été "gay" (c'est-à-dire adhérent à l'idéologie ou au lobby gay). Ensuite, et en revanche, je suis toujours "homo" (c'est-à-dire très fortement – et même exclusivement – attiré par des personnes du même sexe). Je ne suis donc ni ex-gay, ni ex-homo, mais "homo pas gay". (Parenthèse : l'expression a ses défauts et ses ambiguïtés – comme toutes – et il semble même qu'elle a, en plus, le don d'horripiler certaines personnes, dont le bon Philippe Arino qui l'interprète à sa façon ; mais rien n'est parfait en ce monde !) Je ne me reconnais donc pas entièrement dans la démarche de ces ex-gay. En particulier, je suis loin d'affirmer qu'il est toujours possible de sortir de l'homosexualité (j'y reviendrai). Mais leur démarche interpelle quand même. Et surtout, surtout, la haine, l'hostilité, l'intolérance qu'ils subissent de la part du mouvement gay est très révélatrice.

  Le lobby gay se trahit par cette haine. Il montre son vrai visage, qui n'est pas du tout la charité ou la compassion pour les personnes, mais l'idéologie, la subversion, et, en définitive, la révolte contre le réel.

   De ce point de vue, et sans prétendre que tous les homos puissent les imiter, le cas des ex-gay est vraiment à faire connaître.

3 commentaires:

  1. Les ex-homos se mobilisent et demandent la liberté d'expression face au lobby gay aggressif . Voir les 4 premières minutes.
    http://www.cbn.com/tv/2577467554001

    RépondreSupprimer
  2. Dommage que vous dénonciez les travers de certains "extrémistes" "LGBT" qui sont une minorité à faire pression sur une encore plus petite minorité (autrement dit les gens qui ont changé d'orientation sexuelle)

    En gros, vous dénoncez le fait que parmi les homos (minorité), militants pour le droit des homos (minorité des homos), se cachent des anti "coming out out" si j'ose dire. (ce qui constitue la minorité de la minorité de la minorité).
    Et donc des homos qui servaient devenus hétéros (minorité de la minorité) seraient brimés par la minorité de la minorité de la minorité.

    On parle vraiment d'un côté d'extrémistes, et de l'autre de changement d'orientation sexuelle. Des choses ultra minoritaires.
    Alors le sujet est probablement très intéressant. Mais accorder de l'importance à la minorité de la minorité de la minorité, c'est tout simplement lui faire de la pub, ce qui est contre productif.

    Par ailleurs, je doute de l'intérêt d'une telle manifestation, d'ex gays, je ne comprends pas l'intêret, mais la liberté d'expression est la même pour tous, peu importe.
    Notez aussi que je doute de l'intérêt de la "marche des fiertés", qui est à mon sens une fête plus qu'un lieu de revendication.

    Et j'ai l'impression que pour vous, si on est favorable au mariage pour tous, on est forcément dans "le lobby gay".
    Sur ce sujet je me pose vraiment la question.
    Pourquoi dénoncer le lobby gay en globalisant tout le monde de ce lobby comme s'ils étaient tous contre cette manifestation d'ex gays ? Ne faites vous pas la même chose que vous reprochez à ce fameux "lobby LGBT", c'est à dire généraliser à l'ensemble d'une groupe une position n'étant pas partagée par l'ensemble de ce groupe ?

    RépondreSupprimer
  3. je partage pleinement ce commentaire. 57 a dont 40 ans de militantisme gay et je d"couvre que des gay repentis se plaignent de harcèlement de gay pérennes ... Bigre. Bon, vous avez été de vrais hétéros refoulés, pour x ou y raisons. Vous avez admis un jour être attiré par les personnes de même sexe. Bon. Votre retour à la "norme" n'est pas qq chose de grandiose. C'était pas votrre moi profond qui a parlé autrefois. Eh bien bon retour chez les gens non minoritéire et basta. Que des gens vous en veuille parce que, dans leur croisade pour la "reconnaissance", ils se sentent trahis, ok. Ben c'est leur problème. Vivez votre vie et zut aux autres. De là à en faire une manif.. Je ne me sens tellement pas concerné, ayant tj eu conscience de pas aimer "la" femme comme seul avenir de l'homme, sauf en termes biologiques basiques ...

    RépondreSupprimer

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !