Pages

dimanche 23 juin 2013

La noce gay ne fait pas recette…

Loi Taubira (mariage gay, "mariage pour tous") = tromperie, fraude, exploitation et mensonge politique
Certains marchands espéraient
bien profiter de la mode "noce gay"…
  C'était, à Paris (22-23 juin 2013, au Parc Floral), le premier "Salon du mariage gay". Je dirais plutôt, pour ma part, de la noce gay, car les homosexuels peuvent faire la noce, mais ils ne peuvent pas avoir la réalité du mariage, comme je l'ai déjà montré.

   Eh bien, ce fut un fiasco complet, comme le raconte honnêtement Stéphane Kovacs dans "Le Figaro" :  
   Tristes débuts pour le Salon du Mariage Gay. Ils avaient prévu champagne, jus de fruits et des montagnes de petits fours… ils ont fini par « liquider tout ça » eux-mêmes. En deux jours, la soixantaine d'exposants présents au premier Salon du mariage pour tous a croisé à peine 150 visiteurs, dont… quelques « figurants », selon eux. « Remboursez!, Remboursez ! », criaient-ils dimanche en début d'après-midi, tout en commençant à démonter leurs stands.
   Allées désertes, hôtesses désœuvrées, agents de sécurité apathiques, en fin de matinée, Le Figaro n'avait pu rencontrer que trois clients. « Les gays se lèvent tard… », avait hasardé l'attachée de presse. Mais quelques heures plus tard, « il n'y a toujours pas un chat, s'énerve le bijoutier du Comptoir La Fayette. En quarante ans de métier, je n'ai jamais vu ça. J'ai investi 30.000 euros et je n'ai vendu qu'une seule paire d'alliances… à des hétéros ! »
   À côté, Johanna, qui vient de créer sa société organisatrice d'événements Eden Day, n'a signé aucun contrat. « C'est juste une catastrophe!, se désole la jeune femme. C'est mon premier salon, je comptais dessus pour démarrer. J'ai vu en tout et pour tout cinq personnes, et en parlant avec les autres, on a compris qu'on avait tous vu les cinq mêmes… » Pire, « aux questions qu'ils posaient, j'ai bien vu qu'ils n'étaient pas là pour se marier, raconte le bijoutier. On a tous remarqué que des gamins de 20 ans avaient passé toute la journée de samedi ici, pour faire semblant devant les journalistes ».
   Heureusement, les exposants peuvent se retourner contre les escrocs qui les ont trompés : d'abord, l'escroc en chef, un certain François Hollande qui a essayé de faire croire aux Français que les homosexuels pouvaient et voulaient se marier. Double mensonge. Ensuite, bien sûr, ses deux complices : Christiane Taubira et Manuel Valls qui ont fait de la noce gay la priorité absolue du gouvernement et se sont employés à matraquer tous les opposants (y compris les homosexuels).

  Et puis, évidemment, ils peuvent se retourner contre le grand gourou LGBT : Pierre Bergé. On ne sait pas exactement la façon dont ce gros capitaliste a réussi à mettre dans sa poche le président qui proclamait : « je n'aime pas les riches », mais tout laisse à penser que ses euros ne sont pas pour rien dans la façon dont François Hollande a fait de la noce gay sa priorité absolue. Notons au passage que le journal "Le Monde", que ledit Bergé finance et surveille de très près, a produit un article enthousiaste (signé Louise Bonte) sur les « marieurs gay à la noce ». Aucun recul, aucun esprit critique, aucune réserve : la journaliste Louise Bonte retransmet bien fidèlement la propagande officielle, en bon petit soldat du politiquement correct. Johanna a certainement apprécié…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, même très critiques, sont les bienvenus, pourvu qu'ils se rapportent au sujet traité, qu'ils soient rationnellement argumentés et qu'ils évitent l'injure ou le dénigrement gratuit.

Merci de relire avant de poster, pour vérifier que vous avez bien respecté ces règles !